LeCartophile

Une carte postale, un monologue, une situation, un monde à inventer.

23 novembre 2007

Carte Postale #9

      Louis n'est pas du genre qu'on oublie ou qui passe inaperçu. Il est hirsute et garde en permanence un air étonné, on croirait qu'il découvre le monde chaque jour, il a de gros sourcils noirs, il bave en permanence, il est habillé sans rime ni raison et s'il n'est pas mal rasé alors son menton porte une estafilade toute fraîche. Louis est un bredin, un idiot. C'est pour ça qu'on lui dit pas Louis, on lui dit Pinlot.    Tout le monde aime bien Pinlot parce qu'on dit toujours qu'il faut pas faire du mal aux... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 19:22 - Commentaires [8] - Permalien [#]

19 novembre 2007

Carte Postale #8

    Lyon est une grande ville, et y rencontrer de suite une demi-douzaine de personnes qui vous claquent le beignet ne tient pas de la coïncidence, mais d'un plan machiavélique destiné à vous humilier en public. Malgré son uniforme, Yves hésitait pour l'instant à passer le coin de la rue Bellecordière, sûr qu'une nouvelle paire de claques l'y attendait. Rumilly par contre est juste un bourg de Haute-Savoie qui ne compte qu'une vingtaine de rues. S'y faire un ennemi est une mauvaise nouvelle puisqu'on a du mal à l'éviter.... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Carte Postale #7

      Quand on est adolescent, on aime à se faire peur en se racontant des histoires terrifiantes. Les pires sont celles que l'on croit vraies parce qu'elle sont arrivées à l'ami d'un ami, elles ont souvent le même thême : une mystérieuse auto-stoppeuse qui disparaît soudain après avoir averti le conducteur d'un danger imminent et sauvé par là même la vie de plusieurs personnes. Elle oublie souvent une preuve de son passage sur le siège, l'autostoppeuse.    René Mongeot n'est pas né au temps des... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 13:30 - Commentaires [8] - Permalien [#]
06 novembre 2007

Carte Postale #6

       Georges Morin ferma la porte et, encore abrité sous le porche, ajusta sa gapette afin de lui donner un léger air canaille et passa ses gants : pour l'occasion il avait fait l'acquisition d'une paire de gants de cuir. C'était une belle journée : il avait obtenu, de haute lutte, son après-midi afin de visiter à Paris la belle Emilia. Il prendrait le train de midi seize et reviendrait le soir par l'omnibus de dix-neuf heures, le laps de temps séparant les deux trajets serait assez long pour qu'Emilia et lui... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 13:25 - Commentaires [11] - Permalien [#]
29 octobre 2007

Carte Postale #5

              Pierrot Rigaud s'appelait vraiment Pierrot. Ce n'était pas un diminutif affectueux, mais bien son vrai prénom à l'état-civil que lui avaient choisi ses parents. Il lui allait bien. Non pas que le personnage eût un quelconque aspect lunaire, ou une tendance prononcée à la rêverie, car il avait les pieds bien sur terre, mais se fût-il appelé Edouard ou Charles-Henri qu'on lui aurait attribué derechef un surnom, tant il était connu dans son antre : le Rendez-Vous des... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 19:15 - Commentaires [12] - Permalien [#]
26 octobre 2007

Carte Postale #4

              Si vous descendez un jour vers le soleil en suivant la nationale sept, vous arriverez fatalement dans les alentours d'un petit village accroché à une volonté de falaise. Il se réchauffe au coeur de ses murailles médiévales, pas de fortes murailles, non, des murailles sympathiques qui n'ont jamais empêché personne de passer en fait. Au centre de ce bourg se dresse, ou plutôt se terre, car on y descend, se terre donc la Maison Papon, nommée ainsi d'après son propriétaire au XV°... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 21:04 - Commentaires [11] - Permalien [#]
18 octobre 2007

Carte Postale #3

            Dans un nuage de vapeur, le train s'ébranla. Délaissant sa fenêtre, Eugène Creuzé, le sergent Creuzé, 7° compagnie, 35° régiment d'infanterie, Eugène Creuzé se cala contre le dossier de sa banquette. Il tenait sur ses genoux un lourd sac de victuailles auxquelles il se promettait de commencer à faire un sort dès le lendemain. Il tâcherait, parce qu'il l'avait promis, d'en garder pour les copains qu'il retrouverait après-demain au fond de la tranchée.  A la seule évocation... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 17:45 - Commentaires [8] - Permalien [#]
14 octobre 2007

Carte Postale #2

       Ce 29 octobre, Raymond Loussières ferma la porte de son appartement empli d'un soulagement auquel se mélait une délicieuse pointe d'angoisse. Démarcheur de la maison Lebaux Frères pour la région Ile-de-France, il venait d'obtenir sa mutation sur le secteur des Pyrénées. Avant d'abandonner son domicile, il avait effectué, non sans une certaine excitation, une inspection en règle du meublé, veillant à ne laisser derrière lui rien qui puisse mettre quiconque sur la voie de sa nouvelle existence.Le trajet... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 17:56 - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 octobre 2007

Carte Postale #1

                   Il était admis au village que Berthe Jacquelin, la Berthe on la disait, était le plus beau parti du canton. Fille de Blaise Jacquelin, propriétaire forestier, elle avait les yeux bleux rieurs, les cheveux comme les blés de chez Vanderhote et une silhouette qu'on devinait voluptueuse sous ses larges robes. Qui plus est, la Berthe était chaste et prude, si bien qu'à dix-huit ans révolus, on n'avait jamais trouvé une rumeur pernicieuse qui l'eût pour objet. Il... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 16:43 - Commentaires [12] - Permalien [#]