LeCartophile

Une carte postale, un monologue, une situation, un monde à inventer.

18 février 2008

Carte Postale #19

  Quand on arrêta le docteur Guillaume Monges, tout le village vint par curiosité, lui faisant comme une haie d'honneur vers le panier à salade. A part le principal interessé, qui, héberlué, semblait ne pas réaliser et se laissait traîner,  chacun savait que cela devait arriver. L'information avait bien circulé au pays, et le principal moyen de cette information suivait le trio formé par les deux gendarmes et Guillaume. Son uniforme à lui était d'un autre type : le facteur Henri Vial fermait la marche, gonflant le torse... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 23:14 - Commentaires [10] - Permalien [#]

13 février 2008

Carte Postale #18

Marcel Burat avait dû attendre longtemps avant de tomber amoureux, et cela lui était enfin arrivé à l'aube de ses quatre-vingts ans. Il avait jusque là traîné une petite vie sans grand intérêt, sans passion marquante. Au environs de vingt ans, il s'était marié avec une certaine Gisèle ; elle mit au monde une demi-dizaine d'enfants de sexe et de prénoms divers, faisait le ménage et le repas.Marcel ramenait au logis l'essentiel pour que ses rejetons fussent bien élevés et qu'il n'eût pas à rougir d'eux en société. Il arrivait parfois... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 14:43 - Commentaires [11] - Permalien [#]
04 février 2008

Carte Postale #17

    Ce que l'on ne pouvait nier aux enfants Burnot, c'était d'être bien élevés. Ils sortaient bien en ligne de la maison familiale, tous les six, et pas un  poil ne dépassait, jamais ce n'était le chahut. Ils s'alignaient devant la façade en attendant que le père eût fermé les cinq verrous avec application et, cette opération menée à bien, la petite famille prenait le chemin de l'épicerie, du jardin, de la messe, quasiment au pas, saluant avec minutie toutes les personnes qu'elle pouvait rencontrer avec un ensemble... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 21:46 - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 janvier 2008

Carte Postale #16

    Le rituel était toujours le même quand passait le facteur : Lucie, la mère, ramenait la carte postale et la posait sur la table en faisant mine de ne pas bouillir de curiosité. Sa fille Berthe, qui savait lire la prenait et d'une voix claire lisait lentement le contenu. La vieille plissait les yeux de contentement à l'écoute des mots d'amour, on sentait frissonner de vieux souvenirs. A la fin de la lecture, elle mettait cette nouvelle carte dans la boîte à chaussures. C'est là qu'étaient classées, par ordre d'arrivée,... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:29 - Commentaires [13] - Permalien [#]
19 janvier 2008

Carte Postale #15

  - Mon cher Lapôtre, vous êtes décidément un bon apôtre !Sous le compliment le docteur Jean Luc Lapôtre baissa la tête, tout rougissant et têta son cigare pour se donner une contenance.- Ma foi, c'est d'accord, nous vous réserverons une aile du service stomatologie pour votre projet, et si les résultats sont positifs nous ferons une demande au ministère pour ouvrir un nouveau service. Vous êtes promis à un bel avenir mon cher Lapôtre, un bel avenir."Ne sachant quoi dire, Jean Luc se contenta de remercier le directeur.... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 17:55 - Commentaires [12] - Permalien [#]
11 janvier 2008

Carte Postale #14

Personne ne s'en serait douté. Le vieux Sam faisait partie du paysage, et quand on l'a ramassé ce 5 janvier tout raide sur le parking par moins quinze degrés, la ville entière a eu l'impression de perdre son grand-père. Il eut droit à un bel enterrement, un comble pour un clochard, mais même là, les gens qui lui donnaient la pièce se cotisèrent pour lui offrir une belle sortie. On l'accompagna en masse jusqu'à sa dernière demeure ; M. Bonnard, le notaire, avait pris sur lui de faire remettre à neuf l'uniforme qu'on lui avait toujours... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:35 - Commentaires [12] - Permalien [#]

19 décembre 2007

Carte Postale #13

       Il eut sa première médaille en 1916. Au bout de sa baïonnette, pendait le cadavre du dernier soldat allemand de la tranchée qu'il avait conquise, quasi solitaire.    Cela faisait quatre ans que Claude-Marie Rousselet était en première ligne, et il avait toujours les dents blanches et saines, un sourire à vous damner. Il avait connu les mitrailleuses qui fauchent comme on le fait du blé, il avait connu les gaz qu'on ne peut évacuer sans cracher ses poumons, il avait connu les tranchées où les pieds... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 17:14 - Commentaires [14] - Permalien [#]
07 décembre 2007

Carte Postale #12

  Ce fut un grand rassemblement quand nous enterrâmes Pépère. Il avait quatre-vingts ans Pépère, la poitrine toute en laiton parce qu'il tenait à garder toute la médaille, tu comprends sinon on voit pas bien ce qu'est-ce que c'est. Il avait une petite maison tout au fond d'une petite rue avec un petit jardin, avec un grand mur tu comprends même dans ces quartiers ils sont là, j'en ai un couple juste à côté. On n'y allait pas souvent dans cette petite maison, et ce n'était pas pour nous déplaire : ça sentait le vieux. Ca sentait... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:54 - Commentaires [23] - Permalien [#]
03 décembre 2007

Carte Postale #11

        René Falconelle n'en revenait pas. Depuis deux heures qu'il était devant un ballon de blanc, il n'en revenait toujours pas. Il venait de sortir de la caserne sous le choc, il avait bien fait tout pourtant, il avait braillé la Marseillaise comme les autres devant le drapeau qui s'élevait, il avait tenté la marche au pas, il avait même demandé avant de partir pour la conscription à sa mère de lui apprendre à faire un lit au carré.    René est le genre de type qui abat un arbre au couteau, qui tue un... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 21:15 - Commentaires [9] - Permalien [#]
28 novembre 2007

Carte Postale #10

        Il arrive qu'on rencontre des gens que l'on qualifiera spontanément de têtes à claques. l'expression est certes figée, il nous faut tout de même toute notre bonne éducation pour réprimer le fourmillement qui nous envahit le bras à leur vue. Ils ont leur pendant, les faces d'ange à qui l'on "donnerait le bon Dieu sans confession". Ces gueules d'amour, yeux grands ouverts, bouclettes au vent : la petite Rose par exemple. Elle avait un si beau sourire, la petite Rose. La maîtresse l'adorait,... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 15:59 - Commentaires [12] - Permalien [#]