LeCartophile

Une carte postale, un monologue, une situation, un monde à inventer.

29 février 2008

Carte Postale #22 - spéciale

    Sur  une bonne idée de Vagant, je fais du vrai blogging, comme au bon vieux temps avec des morceaux d'interactivité dedans. Je vous propose à vous, lecteurs fidèles ( oui tous les sept ) et de passage (les trois autres), de vous inspirer d'une carte postale pour écrire une petite nouvelle. Le jour dit, chacun postera cette nouvelle sur son blog avec les liens de tous les participants. Si vous n'avez pas de blog, je l'hébergerai, promis juré, sans censure, sans jugement, sans même la lire avant, mais en la lisant... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:08 - Commentaires [39] - Permalien [#]

25 février 2008

Carte Postale #21

     Il me semble avoir toujours connu Emilie Corneloup et ne l'avoir jamais connue que désespérée, à tel point que je pense qu'elle avait le goût du malheur. C'est seulement aujourd'hui que je m'en rends compte mais le deuil profond qu'elle fit de son premier enfant mort-né en est certainement l'origine. C'est de ce jour-là d'ailleurs qu'elle ne s'habilla plus que de noir, en quelque occasion que ce soit.   Ce n'est pas qu'elle ait gardé le deuil si longtemps, au contraire, on ne pouvait s'empêcher de penser... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 22:31 - Commentaires [14] - Permalien [#]
21 février 2008

Carte Postale #20

      Papy Jacquet était un homme digne et sévère. Il avait passé glorieusement deux guerres, ce qu'il écrivait sur son torse à coup de médailles. Papy Jacquet s'appelait Alphonse pour l'état-civil et pour la photo de sa carte d'identité, il avait absolument tenu à garder son béret. Alphonse Jacquet ne s'appelait Papy que pour son petit-fils Christian, un gamin blond aux yeux bruns qui n'avait strictement rien de remarquable, sinon d'être un enfant naturel.    L'histoire avait fait grand bruit à l'époque :... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 18:20 - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 février 2008

Carte Postale #19

  Quand on arrêta le docteur Guillaume Monges, tout le village vint par curiosité, lui faisant comme une haie d'honneur vers le panier à salade. A part le principal interessé, qui, héberlué, semblait ne pas réaliser et se laissait traîner,  chacun savait que cela devait arriver. L'information avait bien circulé au pays, et le principal moyen de cette information suivait le trio formé par les deux gendarmes et Guillaume. Son uniforme à lui était d'un autre type : le facteur Henri Vial fermait la marche, gonflant le torse... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 23:14 - Commentaires [10] - Permalien [#]
13 février 2008

Carte Postale #18

Marcel Burat avait dû attendre longtemps avant de tomber amoureux, et cela lui était enfin arrivé à l'aube de ses quatre-vingts ans. Il avait jusque là traîné une petite vie sans grand intérêt, sans passion marquante. Au environs de vingt ans, il s'était marié avec une certaine Gisèle ; elle mit au monde une demi-dizaine d'enfants de sexe et de prénoms divers, faisait le ménage et le repas.Marcel ramenait au logis l'essentiel pour que ses rejetons fussent bien élevés et qu'il n'eût pas à rougir d'eux en société. Il arrivait parfois... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 14:43 - Commentaires [11] - Permalien [#]
04 février 2008

Carte Postale #17

    Ce que l'on ne pouvait nier aux enfants Burnot, c'était d'être bien élevés. Ils sortaient bien en ligne de la maison familiale, tous les six, et pas un  poil ne dépassait, jamais ce n'était le chahut. Ils s'alignaient devant la façade en attendant que le père eût fermé les cinq verrous avec application et, cette opération menée à bien, la petite famille prenait le chemin de l'épicerie, du jardin, de la messe, quasiment au pas, saluant avec minutie toutes les personnes qu'elle pouvait rencontrer avec un ensemble... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 21:46 - Commentaires [11] - Permalien [#]