LeCartophile

Une carte postale, un monologue, une situation, un monde à inventer.

10 septembre 2008

Carte Postale #31

    C'est sûrement une pure affabulation de ma part, puisque l'on m'a souvent affirmé qu'on ne pouvait avoir de souvenirs si lointains, mais je reste persuadé que mon premier souvenir, la première chose que je visse jamais était le visage souriant de Cadette se penchant sur mon landau. La capote noire est un long tunnel au bout duquel brille la vive lueur du jour, et ce visage en est auréolé. Ce n'est sûrement qu'une affabulation mais ce n'est sûrement pas un hasard si je vois Cadette plutôt que Père ou Mère, si j'ai... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 18:27 - Commentaires [17] - Permalien [#]

23 mai 2008

Le loup-garou

Elle se considère parfois dans la glace, son corps, son visage. Bien sûr le temps a passé il n’empêche qu’elle peut encore faire rougir certains, mais voilà quinze ans déjà que Mathilde, la Mathilde passe les plats pour son homme quand il rentre le soir. Ce n’est pas vraiment désagréable, son homme ne fait pas la tête, il lui parle, un peu, parfois même il lui adresse un compliment. Sur la cuisine, sur elle. C’est quasiment plus qu’elle fait. Mais quand elle se considère ainsi, dans la glace, il semble que sur le tain... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:18 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
18 mai 2008

Monsieur Ducornard est un brave homme

Voici un texte qui n'est pas de moi, mais de Dominique. Dominique n'a pas de blog et donc voilà, je l'héberge. Ca me rend service en même temps, mieux, ça me flatte, c'est comme un fan-art après tout. Seulement il y a un problème : je n'ai pas de carte postale qui pourrait correspondre. C'est pourquoi je propose, si le coeur vous en dit de faire un second jeu (je le ferai aussi ) : trouver soit une carte postale, soit faire une photo qui en tienne lieu et de donner avec la correspondance qui aurait pu inspirer le texte ci-dessous. En... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 20:45 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 mai 2008

L'ogre.

    e soleil écrase la vallée. On doit être en été comme le suggère la hauteur des herbes folles de certaines pâtures, comme le suggère aussi la gangue de torpeur qui a envahi le village. On peut dire qu'il n'y a pas un bruit tant sont monotones les stridulations des grillons et le ruissellement de la petite rivière. D'ici on ne les entend guère, mais deux rires s'élèvent presque sans discontinuer de deux sillages fendant les chiendents. Pourtant si l'on s'approchait un peu, si l'on s'approchait beaucoup, on serait pris dans... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 18:41 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
13 mai 2008

Pas carte postale

    Cela n'est pas dans mes habitudes ici, mais je m'en vais vous faire profiter de mes états d'âme. C'est pas dommage moi je vous le dis, z'avez bien de la chance et tout. Vous pouvez constater que le blog s'étiole. C'est pas de ma faute. C'est une question de circonstances. C'est arrivé au premier blog pour une question de titre et de listes, c'est arrivé au second qui se sclérosait dans une routine faite de chroniques déjà réglées, telle le lundi, telle autre le mercredi...    Donc j'en suis encore à ce point :... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 21:57 - Commentaires [19] - Permalien [#]
04 mai 2008

Carte Postale #30

  /Merci à la mère Castor qui m'a envoyé cette jolie carte postale et m'a ainsi rendu un fier service./     Régis était un peu rouge, mais fermement décidé, du haut de ses vingt-deux ans, a franchir le pas avec Coco. Le problème du jeune homme tenait à la fois au prestige et au pécuniaire. Régis était encore puceau et avait de plus en plus de mal dans les réunions de jeunes mâles à mentir sur ce point, se trouvant parfois dans un flou technique qui ne lui permettait pas de renchérir sur ses amis. De plus, il gagnait... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 15:13 - Commentaires [18] - Permalien [#]


27 avril 2008

Voici le petit texte fait pour l'anniversaire de Mlle Bille, qui a encore perdu un an aujourd'hui.Jean Perrot était petit, maigre, bistre de teint. Enfin quiconque l'aurait vu l'aurait jugé comme tel, mais Jean était si peu remarquable qu'il n'était jamais remarqué. Il faisait partie de ces gens qu'on ne voit pas. L'humanité est en effet divisée en trois types principaux : les gens que l'on ne peut s'empêcher de regarder, ceux qu'on évite de regarder et ceux qu'on ne peut voir. Perrot faisait partie de la troisième catégorie, ce qui... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 09:44 - Commentaires [11] - Permalien [#]
13 avril 2008

Carte Postale #29

      Appelez-vous Suzanne, vous n'êtes qu'une vieille bique, mais si votre prénom se trouve réduit à Suzon ou Suzette, voilà qui vous transfigure et prouve une chose : vous êtes aimée.  Et Suzanne Pellissier était aimée, plus que ça, admirée. Suzon se démenait pour tenir le ménage, pour élever l'enfant, seule dans la maison sombre qu'elle n'avait pas fini de payer. Elle n'était pas fille-mère, et c'était bien heureux, mais son homme était loin, bien loin, à gagner l'argent qui leur permettrait un jour de... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 14:03 - Commentaires [25] - Permalien [#]
02 avril 2008

Carte Postale #28

      Joseph Lamuis poussa un profond soupir lorsque le facteur lui tendit l'enveloppe. Il n'avait pas eu besoin de regarder l'écriture pour savoir qui était l'expéditeur de la lettre, l'absence de timbre sur le coin droit était assez explicite. Il alla chercher les quelques sous qu'il devait désormais à l'administration au fond de sa poche.    - Le frangin, c'est ça ?    Joseph se contenta de hocher la tête, il aurait été capable à ce moment précis de trahir la rancoeur qui le consumait, et ça... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 16:43 - Commentaires [20] - Permalien [#]
30 mars 2008

Carte Postale #27

        Nous enterrâmes Claude Murcier à Bourgoin-Jallieu en mars 1986 alors qu'on s'apprétait à fêter son centenaire. Il était mort en bonne santé, s'étant plié jusqu'à la fin de sa vie à une discipline athlétique rigoureuse. Flexion, extension, inspiration, expiration, une habitude remontant à son jeune temps et à sa plus grande passion : les chasseurs alpins. On l'enterrait d'ailleurs avec sa tarte, ses fourragères, ses galons de première classe, ses bas blancs et ses chaussures de montagne. On sonna même... [Lire la suite]
Posté par MonsieurMonsieur à 23:26 - Commentaires [21] - Permalien [#]


Fin »